Lectures

Une Colonie – Hugh Howey

Coucou les bouquineurs de l’espace,

On se retrouve aujourd’hui pour parler Exoplanète, Survie, et Young Adult.

J’étais ravie de lire le premier roman de Hugh Howey, publié chez Actes Sud en Octobre 2020, (mais originellement publié en aux USA sous le titre « Halfway Home » en 2010 ) puisque j’ai adoré la trilogie SILO dont je vous parlais ici, ici et ici. ET QUI VA BIENTÔT ETRE ADAPTEE EN SERIE TV LES AMIS ! On en reparle très vite …

Une Colonie (ou Colony en VO) est roman est bien différent de la dystopie futuriste Silo.

Il s’agit de l’aventure d’un groupe d’adolescent qui fait face à des dangers extérieurs et intérieurs, en tentant de fonder une colonie humaine sur une exoplanète. En tant que passionnée de l’espace, des projets de colonisations extra-terrestres et d’histoires de survie, je ne pouvais que craquer en voyant ce résumé :

Un groupe de cinq cents personnes a été envoyé dans l’espace pour coloniser une autre planète. Dans un état de semi-conscience, ils suivent une éducation qui leur est dispensée sous forme de simulations par une intelligence artificielle. Ils doivent se réveiller à trente ans, parfaitement formés pour appréhender leur nouveau monde. Mais après quinze ans, une explosion à bord du vaisseau tue la majorité d’entre eux et détruit la plus grande partie de leurs vivres. Pire, les soixante jeunes rescapés qui se réveillent n’ont pas terminé leur apprentissage et ne possèdent que les connaissances les moins utiles à leur survie. Nus, terrifiés, les adolescents tentent d’utiliser l’IA pour mettre sur pied leur colonie, mais les luttes de domination font bientôt leur apparition, et ils découvrent que leur pire ennemi n’est ni l’environnement hostile, ni l’IA, ni l’explosion qui a failli les tuer, mais leurs pairs.

Sauf qu’au final, on est assez loin du grand roman complexe de SF . Ni même d’une vraie histoire de colonisation. Je m’explique.

Le début de l’histoire est très prometteur et on découvre en effet les enjeux tels qu’exposés dans le premier chapitre, c’est à dire l’immensité de la tâche à accomplir pour ces jeunes héros qui ont faillis être détruits suite à d’étranges calculs de leur IA protectrice. Mais par la suite, l’auteur dévie un peu du sujet et nous emmène dans une course poursuite qui sonne un peu comme une parenthèse.

Dans la 2eme partie, le groupe du héro va en effet explorer la planète et découvrir son originalité. C’est sympa aussi hein. J’ai beaucoup apprécié l’imagination quant à la flore et la faune que l’on rencontre. De son côté, le personnage principal chemine intérieurement et en découvre plus sur ses sentiments vis à vis de ses meilleurs amis…

Mais bon, objectivement ça ne fait pas beaucoup avancer le chmilblik.

Finalement, dans la troisième partie, les choses vont un peu vite et bien qu’on obtienne des réponses intéressantes, il ne s’est vraiment pas écoulé beaucoup de temps dans la narration. Or j’aime bien quand les histoires sont un peu plus longues, je ne sais pas bien décrire ce qui m’a gêné dans le format de ce roman. J’ai eu un peu le même sentiment qu’avec Artemis de Andy Weir, ça va un peu trop vite pour qu’on entre dans les profondeurs des choses, et j’aime moins.

On passe la majeure partie du roman à errer dans la forêt, certes alien, au lieu de vraiment se concentrer sur la partie civilisation. C’est le parti pris de l’auteur et je le trouve original, et justement, même si j’avais des attentes, je suis contente que l’auteur ait également su me surprendre. C’est davantage une histoire de survie, et de relations entre les personnages, qu’un space-opéra.

parce que c’est toujours joli une couverture en VO

C’est un peu Hunger Games sur une autre planète, sans l’aspect jeu téléréalité :p (une comparaison très très capillotractée)

En tout cas, j’ai parfois senti la jeunesse de la plume de Hugh Howey, en trouvant quelques aspects un peu WTF qui ne m’ont vraiment pas semblés utiles à l’intrigue, autour du fait que le personnage principal est un peu trop le centre de l’attention. Mais qu’à cela ne tienne ! Cela ne prouve qu’une chose : Hugh Howey a fait du chemin depuis 2010, alors je peux en faire autant 😉 [en tant qu’apprentie auteure, NDLR]

Par contre j’ai adoré son postulat de départ, ainsi que son IA « Colony »… Je n’en dis pas plus pour ne rien spoiler.

J’ai aussi été touchée par le personnage principal et ses réflexions philosophiques sur la société, et l’amour. J’ai apprécié la beauté des descriptions et le bon dosage entre introspection et action.

La fin est intelligente et prend du recul par rapport à toute l’aventure vécue.

C’est donc un bilan positif, une histoire que j’ai lu rapidement, qui n’est certes pas un chef-d’oeuvre de la SF mais qui reste divertissante et originale.

Et vous, vous connaissez Hugh Howey ?

Space-Sushi

Sushi dans l’espace…

pas space space-sushi 😉

7 réflexions au sujet de “Une Colonie – Hugh Howey”

    1. Alors, ce sont deux ambiances et styles d’histoire très différents, mais Colony peut être une bonne entrée en matière 🙂 En tout cas je te conseille fortement Silo ! tu lis le premier chapitre, tu es obligée de finir la saga lol

      Aimé par 1 personne

      1. Salut 🙂 Il y a 3 tomes oui, et en effet, pour le 1er chapitre : c’est ce que j’ai ressenti 😀
        J’ai également appris qu’à l’origine, le 1er chapitre était en fait une nouvelle, et qu’elle a eu tellement de succès que l’auteur à développé la suite après 😀 ça intrigue, non ? XD

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s