La triste fin du petit enfant huître et autres histoires – Tim Burton

En lisant ce petit recueil, vous entrez dans un univers magique, bizarre … creepy !

Vous faites un pas dans le sombre, le macabre, le drôle et le terrible. Oui, Tim Burton a rassemblé tout ça dans ces poèmes et histoires courtes.

20181223_134334

Titre Original : The Melancholy Death of Oyster Boy & Other Stories

Ce recueil de poèmes illustrés est son premier livre, écrit en 1997, ré-édité en 2017 en édition bilingue chez 10/18, avec une couverture « hardback » et des illustrations de la main de Tim Burton.

L’anglais est accessible et j’ai bien aimé découvrir les versions originales, car traduire de la poésie c’est quand même toujours une forme de réécriture.

Je voudrais ne pas trop en dire sur les détails des histoires et les personnages pour que vous puissiez les découvrir, et je me contenterai de parler des thèmes et de l’atmosphère qui se dégage de ses nouvelles, qui relatent d’affreuses histoires d’enfants monstrueux et de parents malheureux ou tordus.

Voilà, vous êtes prévenus.

Bienvenue dans la tête de Tim Burton.

Il s’y passe des choses pas très claires, comme on pouvait s’en douter 😉

20181223_134702

Tim Burton, le réalisateur

Comme vous, j’ai grandi avec son univers cinématographique : en aimant Edward aux mains d’Argent (1990), Beetlejuice (1988), et L’étrange Noël de Mr Jack (1993). Ensuite j’ai été obsédée un moment par le film Big Fish. Mars Attacks et sa Planète des singes font partie de mes classiques. Bien que je ne sois pas sa « plus grande fan », c’est un créateur dont l’univers me touche, même si certains de ces films ne m’ont pas autant plu, comme Sweeny Todd, Charlie et la Chocolaterie, ou Sleepy Hollow.

Deux de ces films, que je vous recommande (Frankenweenie et Vincent ) sont un bon préambule au recueil de nouvelles dont je veux vous parler aujourd’hui.

Tout comme « Entretien avec Tim Burton par Mark Sallsbury« , qui est absolument à lire si vous aimez son oeuvre et souhaitez en savoir plus sur l’homme.

Tim-Burton

C’est dans ce livre que j’ai commencé à vraiment réaliser que cet univers sortait  d’un cerveau hors-norme et tout de même il faut le dire vraiment dérangé.  Tim Burton le dit lui même, il a longtemps eu un comportement très différent de la normale. Il est psychologiquement marqué par des angoisses et des thèmes qui ressortent dans toutes ces œuvres. Mais je vous reparlerais plus longuement de cette interview si ça vous intéresse.

Tim Burton, l’auteur

Le recueil de Nouvelles  » La Triste fin du petit Enfant Huître et autres histoires » est un ouvrage à l’humour aussi noir que sa couverture. Ce qui m’a le plus sauté au yeux c’est la violence palpable entre les lignes, et la mélancolie qui teinte ces histoires.

En lisant les nouvelles les unes après les autres, on relève certaines récurrences : l’histoire d’une naissance contre nature et de la réaction des parents face à cet enfant hors norme. Souvent les adultes font appel à  un scientifique ou un docteur pour les aider, et c’est souvent lui qui définit ce qu’est l’enfant.

The Doctor diagnosed :

I can’t be quite sure,

But the cause of the problem may also be the cure.

« The doctor said gently,

« What i’m going to say

will sound pretty wild.

But you’re not the father

of this strange looking-child. »

20181223_134943

Le thème principal de ce recueil est donc l’engeance d’une progéniture difforme plus ou moins repoussante et inapte à la survie dans ce monde. Mais on trouve aussi d’autres sujets comme la dépression, le rejet parental « baby-blues », le rejet par les autres enfants, la découverte parfois d’un compagnon aussi bizarre que soi, qui a toujours la forme d’un petit chien chez Tim Burton (voir Frankenweenie, Vincent, Mr Jack, Les Noces funèbres et bien d’autres).

C’est en tout cas c’est une lecture originale, décalée, dérangeante et surprenante. Pas déprimante pour autant. Quelque fois drôle et quelque fois terrible.

Ces personnages fictifs relèvent du registre du fantastique ou de l’horreur, mais je n’ai pas pu m’empêcher de retranscrire toutes ces nouvelles dans le monde réel et c’est peut-être ça qui m’a le plus marquée. C’est aussi ce qu’il faut y voir je crois : ce qu’un enfant ressent en se percevant comme différent, rejeté, ou la cause du malheur de ses parents.

Tout ça n’est qu’une interprétation très personnelle, d’après mes impressions de lecture. Après tout, ce blog est là pour ça 🙂 Je vais de ce pas lire d’autres interprétations, mais je ne voulais pas altérer ma vision des choses avant d’avoir écrit mon article.

Je disserterais volontiers des heures sur l’univers de Tim Burton … peut-être que le sujet reviendra dans un autre article, si ça vous tente ? Cet artiste et son univers me fascinent. Ils me sont familiers et plus je grandis plus je trouve cela étrange, car je ne m’identifie pas du tout à son vécu ou à sa vision de l’enfance et pourtant son univers m’a touché profondément depuis l’enfance.

Aujorud’hui j’ai presque 30 ans et je me dis que je trouverais pas ça un peu flippant que mon enfant adore des films comme Casper (ce n’est pas du lui mais dans la même atmosphère) , Beetlejuice, Edward aux mains d’argent et La famille Adams (pas de lui non plus). Et pourtant. Au vu du succès mondial de ces films,  tout le monde est touché par l’oeuvre de Tim Burton, lui qui, enfant, se sentait si seul et si étrange.

Je trouve fascinant de réaliser la portée que peut avoir l’oeuvre d’un artiste.

Je trouve fascinant comment les enfants peuvent êtres attirés par des univers aussi sombres et décalés.

20181223_134841
Un Joyeux Noël à la Tim Bruton

Cette lecture m’a plongée dans une contemplation bizarre de l’enfance, y compris de la mienne, et de la manière qu’ont les œuvres sombres et bizarres de nous toucher aussi profondément et universellement.

C’est aussi le cas des contes de Grimm ou Andersen par exemple : avant que Disney ne les retouche, ils étaient sacrément glauques et pourtant, c’étaient des œuvres à succès pour les enfants.

Note : 3/5

note3

Il y a très peu de texte et j’ai surtout apprécié les illustrations de Burton. Même si j’apprécie avec le recul, je ne peux pas dire que ce soit un coup de cœur. C’est une lecture inclassable et difficile à noter 🙂

*

Qu’en pensez-vous ?

Vous aimez Tim Burton ? Vous avez lu ce recueil ?

Et sinon, vous avez passé un bon Noël ? 🙂

XoXo

Sushi

 


6 réflexions sur “La triste fin du petit enfant huître et autres histoires – Tim Burton

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s