Lectures

Orgueil et Préjugés : une bonne surprise

Hello ! J’ai enfin lu ce classique de Jane Austen, dont j’avais adoré l’adaptation au cinéma avec Keira Knightley, Matthew McFadyen, Rosamund Pike, Jena Malone et Donald Sutherland, sortie en 2005 (ce qui ne nous rajeunit pas).

Keiraknightley2

Pour être honnête, n’ayant pas encore trouvé la belle couverture que j’ai envie d’acheter, je l’ai lu en audio-livre !

Le texte était beaucoup moins compliqué que ce à quoi je m’attendais. Le niveau de langue est bien sûr très élevé, mais les descriptions restent efficaces et je ne me suis jamais sentie perdue dans des paragraphes inutiles.

Au contraire, j’ai même été surprise du rythme de l’histoire : j’avais trouvé le film plutôt mou, lent, et j’attribuait ce tempo à une volonté d’être proche de l’oeuvre originale. Mais en fait, en le lisant, on s’ennuie moins que dans le film.

Evidemment, toute cette histoire est très …. superficielle, voire niaise. Tout ne tient qu’à des non-dits et des quiproquos. J’adore hein, mais il ne faut pas se voiler la face. C’est en partie pour cela que ce n’est pas mon genre de lecture habituel.

Je trouve que la première phrase du livre donne tout à fait le ton :

 C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence , cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur le champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles.

J’ai aimé plonger dans la vie quotidienne de la famille Bennett, où chaque personne est un peu une caricature d’un défaut humain :

  • Miss Bennet atteint des sommets d’égoïsme et de stupidité
  • Mister Bennet est beaucoup trop indolent, et méprise ses filles
  • Elizabeth se trouve mieux que tout le monde
  • sa sœur aînée Jane est assez niaise pour ne voir que le bon côté des gens
  • et les jeunes sœurs sont, comme dans le film, d’ « enragées coquettes » qui ne rêvent que d’officiers en uniformes

Ce qui est particulièrement appréciable, et dont je n’ai pas l’habitude vu que je lis peu de romans de ce genre, c’est d’imaginer qu’à cette époque, les gens vivaient comme cela (enfin je suppose).

C’est un monde où les relations sociales sont tellement codifiées que l’on ne peut parler librement à quasiment personne, sous peine d’être cataloguée comme « inconvenante » ou « impertinente ». C’est aussi un monde où l’on attend des jours voire des semaines pour avoir une réponse par courrier. Et ce qui m’a également marqué, à part évidemment la place des femmes à cette époque, c’est que tous ces gens ne travaillent pas.

Ils s’ennuient tellement qu’ils en deviennent égocentriques et superficiels. Tout ce qu’ils peuvent faire de leur journées c’est se divertir, s’occuper de leur maison, parler et encore parler, recevoir des voisins ou de la famille. Ils se cultivent, ils voyagent un peu dans les villes proches , ils se racontent des potins. Tant mieux pour eux. Mais c’est sûr que si Jane Austen avait choisi des héros parmi le petit peuple, l’histoire serait certainement moins glamour.

C’est d’ailleurs assez surprenant de découvrir dans le livre à quel point Elizabeth rêve de s’élever de son niveau social, tout en prétendant le contraire. Elle est assez contradictoire.

Ses réactions sont plutôt satisfaisantes et c’est vraiment elle qui fait avancer l’histoire. Mister Darcy est le chevalier servant, le prince charmant. Contrairement au film, il est en fait intéressé par Lizbeth dès leur première rencontre et j‘ai beaucoup apprécié d’en savoir plus sur son point de vue. Leur histoire est vraiment belle car ils ont une complicité dès les premiers moments, malgré leurs différences sociales.

J’ai vraiment un grand respect et une admiration pour la plume de Jane Austen : le vocabulaire est tellement riche, les tournures de phrases sont tellement sophistiquées et fluides (surtout dans les dialogues). C’est un vrai régal.

J’étais aussi plutôt surprise de la toute la partie concernant la jeune sœur de Lizbeth, qui s’enfuie avec Wickham. Même si tout est entre les lignes, les relations sexuelles hors mariage et la perte de la virginité sont très critiquées et on s’imagine assez bien ce que cela voulait dire à l’époque.

Sans se lancer dans un débat sur la condition de la femme dans ce livre, reflet de cette époque, les passages qui m’ont le plus choqués sont sans doutes ceux parlant de Charlotte, l’amie de Lizzie qui épouse Mister Collins : « N’ayant jamais été belle », elle reconnaissait sa chance de pouvoir épouser un bon parti.

La confrontation finale entre Lady Catherine et Lizzie est très jouissive. Outrer les nobles mégères c’est toujours très jouissif 🙂

hell to the yeah.gif

Je me demande par contre si la version française ne contient pas quelques accrocs de traductions, notamment sur le mot « préjugé » justement. « Préjugés » n’est jamais prononcé une seule fois, mais l’on trouve à la place « préventions » : dans un passage à propos de la lettre de Darcy :  » Elizabeth expliqua les impressions qu’elle avait ressenti et comment l’une après l’autre, toutes ses préventions étaient tombées. »

Bref c’est un détail que je me chargerai de vérifier dans une comparaison minutieuse de la VF et de la VO (c’est mon petit côté maniaque).

Impossible de retenir tous les meilleurs passages mais quelques unes des meilleures citations sont celles-ci:

« Je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s’il n’avait tant mortifié le mien. »

« L’imagination des femmes court vite et saute en un clin d’œil de l’admiration à l’amour et de l’amour au mariage. »

« Jamais encore elle n’avait senti qu’elle aurait pu l’aimer comme en cet instant où l’aimer devenait désormais chose vaine. »

Et le passage le plus connu :

« – Arrivez ici, mademoiselle, lui cria son père dès qu’elle parut. Je vous ai envoyé chercher pour une affaire d’importance. Mr Collins, me dit-on, vous aurait demandée en mariage. Est-ce exact ?
– Très exact, répondit Elizabeth.
– Vous avez repoussé cette demande ?
– Oui, mon père.
– Fort bien. Votre mère insiste pour que vous l’acceptiez. C’est bien cela, Mrs Bennet ?
– Parfaitement ; si elle s’obstine dans son refus, je ne la reverrai de ma vie.
– Ma pauvre enfant, vous voilà dans une cruelle alternative. A partir de ce jour, vous allez devenir étrangère à l’un de nous deux. Votre mère refuse de vous revoir si vous n’épousez pas Mr Collins, et je vous défends de reparaître devant moi si vous l’épousez. »

girl-reading-book-animation-21.gif

Conclusion : 5/5 Mention Coup de cœur !

 note5

Alors voilà, je suis fière d’avoir lu ce classique et d’être un peu sortie de ma zone de confort. J’ai beaucoup aimé ma lecture et je ne pensais pas que j’aurais autant d’admiration pour la plume de l’auteure. C’est vraiment un livre que je me vois relire plusieurs fois pour enregistrer pleinement les meilleurs paragraphes.

Je trouve que lire une phrase bien tournée est très agréable. ça me donne la même sensation que lorsqu’on résous un problème de maths par exemple : on s’accroche tout le long mais les éléments découlent logiquement et on arrive à un beau résultat.

Ouaw. C’est moi qui compare les maths avec la littérature ?! C’est mon rhume qui atteint mes « pauvres nerfs », comme dirait Miss Bennet.

Vous l’avez lu ? Il est dans votre PAL ?

Sushi

 

20 réflexions au sujet de “Orgueil et Préjugés : une bonne surprise”

  1. Si tu veux poursuivre ta découverte du monde des Bennet, je te conseille « La mort s’invite à Pemberley » de l’auteure anglaise P.D. James 🙂
    Ça prend directement la suite d’Orgueil et préjugés mai c’est un roman policier et malgré quelques longueurs, je l’ai trouvé vraiment sympathique !

    Aimé par 1 personne

  2. Je l’ai lu et re-re-lu, en français et en anglais. J’adore le genre de la comédie de mœurs. Evidemment, c’est « superficiel » comme tu dis, c’est typique du genre. Et puis on a affaire à un vrai portrait de la société anglaise de l’époque et de ses préoccupations, qui nous paraissent maintenant futiles. D’ailleurs, si tu lis d’autres livres de Jane Austen , tu retrouveras à chaque fois des personnages-types: quelqu’un de raisonnable et qui est dans la retenue, quelqu’un d’intelligent et de passionné, quelqu’un de bruyant et ridicule, quelqu’un de mesquin et plein de dédain… Peut-être que tu apprécierais la série des années 90 de la BBC! C’est en cinq épisodes, si mes souvenirs sont bons, et elle est très proche du livre 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Salut et merci pour le conseil sur la série BBC 😉
      Ce que je voulais dire par rapport au côté superficiel, c’est que cette famille n’a absolument aucun autre centre d’intérêt et c’est ce qui est comique aussi. Mais je ne pense pas qu' »aujourd’hui » on soit pour autant moins superficiels. Les sujets ont changé mais on est quand même restés dans le « brassage de vent » 😉
      J’ai dans ma PAL quelques oeuvres des soeurs Bronte, mais je pense effectivement lire d’autres romans de Jane Austen, pourquoi pas Emma alors, que je connais pas du tout !

      Aimé par 1 personne

      1. Disons qu’on est moins obsédés par l’idée de se trouver un mari coûte que coûte, de nos jours, hahaha 🙂 En ce sens, on a acquis un degré de profondeur supplémentaire avec les années (quoique…) 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Oui peut-être 🙂 mais on se prends la tête pour des choses non moins superficielles en regardant bien. Enfin, ce n’est pas pour lancer le débat, mais c’est juste que je ne partage pas le point de vue des gens qui critiquent les époques passées avec condescendance alors que nous mêmes sommes loin de la perfection 😉
        Je vais de ce pas faire un tour sur ton blog !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s