Artemis, de Andy Weir

Artemis

Coucou les bouquineurs !

Comment avancent vos lectures ? Le Black Cat et moi regrettons de ne pas publier/lire autant qu’on le voudrait… Je sais ! C’est un refrain assez fréquent sur les blogs 😉 Black Cat est actuellement en voyage et moi je suis un peu débordée par les occupations du monde réel …

On sent l’été se faufiler à travers les volets entrouverts, la coupe du monde agite le voisinage, et il faut encore se motiver pour se lever le matin : aller au travail alors qu’on a juste envie d’être en vacances ^^

Mais aujourd’hui, je voudrais vous parler de ma chronique sur Artemis !

Après le best seller adapté au cinéma Seul sur Mars, Andy Weir a repris la plume sur le thème de l’espace. Publié en Janvier 2018, Artemis est un roman de science-fiction / enquête qui se passe dans une base lunaire. C’était une lecture originale et sympa, l’écriture est très efficace : action et intrigues amoureuses s’enchaînent à la première personne du singulier.

On suit les événements du point de vue de Jasmina Bashara, aka Jazz, une héroïne contrebandière et surdouée.

Resumé :

Jazz n’a pas demandé à devenir une héroïne. Elle voulait juste être riche. Pas riche comme tous ces milliardaires qui visitent Artémis, sa ville, la seule colonie humaine de l’espace. Mais assez riche pour dormir dans un vrai lit et manger autre chose qu’une infâme bouillie d’algues. Alors, Jazz a saisi sa chance. Certes, elle a mis son intelligence et ses compétences au service du crime – au menu : contrebande, mécanique et explosions en tout genre. Mais mission accomplie !
Le problème, c’est que, sans le savoir, Jazz a pris part à une conspiration qui menace la sécurité d’Artémis. Et ça, Jazz ne peut pas laisser faire. Poursuivie par un tueur et désormais hors-la-loi, elle doit inventer le plan le plus génial de tous les mondes si elle veut sauver sa peau…

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé la vision de Andy Weir sur ce que pourrait être la première colonisation humaine extraterrestre. Artemis, première ville construite sur la Lune, cité cosmopolite, elle est composée de plusieurs « bulles » ou dômes habitables, reliées entre elles par des tunnels.

 

Les autochtones travaillent dans toutes sortes de boutiques et d’industries, dont la plupart sont liées au tourisme : les terriens les plus riches viennent goûter les plaisir de la vie sur la Lune !

L’expérience la plus riche en émotion est la « sortie en extérieur » ou AEV : strictement préparées et encadrées par des Maîtres en AEV, de petits groupes de touristes peuvent se balader sur le sol lunaire, profiter de la pesanteur très faible pour ressentir des sensations fortes, et découvrir les traces des premiers à avoir posés les pieds sur l’astre…

Bref vous l’aurez compris, l’univers créé est précisément décrit et imaginé et il est plaisant à découvrir, si on met de côté les explications un peu trop techniques qui jalonnent le texte, sans trop l’alourdir.

Jazz est une jeune arabe rebelle, qui n’a pas vraiment terminé sa crise d’adolescence. Elle a une liste d’ex longue comme le bras et elle est très douée pour se fourrer dans les ennuis.

J’ai trouvé cette héroïne originale même si je ne me suis pas hyper attaché à elle. Elle est un peu trop parfaite : la fille qui a un cerveau gros comme ça mais qui ne l’utilise que pour faire des magouilles, et malgré cela tout le monde l’adore et la trouve trop belle… Bon ok elle est marrante, elle ne se laisse pas faire, elle a le courage de se lancer dans des projets un peu fous. Mais parfois le côté « aimée malgré elle » sonne un peu creux parfois.

Certains passages montrent vraiment que ce n’est pas une véritable héroïne féminine mais plutôt une version très sexuée d’une héroïne féminine : elle est l’objet de tous les désirs, on la reluque tout le temps … J’ai trouvé cela un peu dommage. Elle est à la fois la fille, l’amante, et même l’espionne déguisée en prostituée … merci pour ces clichés.

Heureusement, il n’y a pas qu’elle sur la scène et les personnages de Svoboda, le geek de service, Lene, l’héritière de 15 ans, et Dale, le meilleur ami gay, sont très rafraîchissants.

Sinon, l’action se déroule rapidement et j’ai vraiment été happée dans cette histoire. Mais une petite sensation de tout ça pour ça m’a laissé légèrement sur ma faim.

A propos de la couverture : vous ne trouvez pas qu’on voit beaucoup plus le titre Seul sur Mars que celui de l’actuel roman … ?

Note : 3/5

note3

Je conseille cette lecture comme un bon moment détente dans une ambiance drôle, une histoire sympa d’espionnage sur la Lune

même si ce n’est pas le livre de l’année, dans ma PAL en tout cas.

(NB : les dialogues sont parfois très salés voire vulgaires. Rien de dramatique non plus mais je préfère prévenir)

Vous l’avez lu ? Vous en pensez quoi ?

La bise les bouquineurs


2 réflexions sur “Artemis, de Andy Weir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s