Fin de la trilogie culte Silo de Hugh Howey

Coucou les bouquineurs, voici l’article que je vous réservais depuis la fin de ma lecture de « Silo 3 : Générations » en Mai dernier. Ouah ! ça fait deux article en 24h ! C’est pour rattraper un peu le temps perdu 😉

Pour rappel, et si vous voulez vous rafraîchir la mémoire… j’avais chroniqué le tome 1 ici et le tome 2 ici.

Generations

*

« On est pas en enfer. Pas encore.

On est dans l’antichambre.

Et c’est grâce à toi. »

*

Trop bon.

Enfin délivrée de la curiosité : je me demandais vraiment comment Hugh Howey allait nous sortir de là, et ce qu’il avait bien pu trouver pour nous étonner jusqu’au dernier moment. Eh bien il a trouvé. La fin est vraiment satisfaisante.

Résumé de ce 3ème tome [modifié par mes soins pour éviter les spoils] : Donald a pris la place de Thurman. Juliette, quant à elle, est maire du silo, et compte en découdre avec les responsables… Le compte à rebours commence. Donald parviendra-t-il à déjouer la logique macabre de ses supérieurs ? La vie sur Terre pourra-t-elle reprendre, ou s’agit-il d’un ultime leurre ?

Si j’avais été un peu déçue par les révélations du tome 2, difficiles à appréhender, ce dernier tome m’a complètement réconciliée avec H Howey, le véritable architecte du Silo. J’ai adoré la 1ere et la 3eme partie plus que le milieu du livre, qui présentait parfois des longueurs.

J’ai carrément gobé la 3ème partie en fait, je n’ai pas pu reposer le livre avant de tout savoir…

cumberbatch.gif

Sans spoiler quoi que ce soit, c’est un peu difficile de dire précisément ce que j’ai aimé, mais je vais faire l’effort pour vous donner envie d’aller jusqu’au bout de cette trilogie 🙂 En plus, j’ai particulièrement adoré me faire surprendre par l’auteur, alors je vous laisse ce plaisir et ne vous dévoilerai rien du tout.

Les nouveaux personnages sont super ! Même si ceux qui ont été sacrifiés dans le tome 2 m’ont beaucoup manqués… *snif* … j’ai réussi à m’attacher à de nouvelles têtes et c’est parcequ’ils sont bien construits et qu’ils apportent tous quelque chose à l’intrigue.

Du point de vue de l’écriture : la construction, la narration et le style de H Howey m’ont vraiment touchée. Comme précédemment, l‘alternance de point de vue entre les personnages clés, et les personnages de second plan apporte beaucoup de réalisme. Non seulement on en apprend davantage sur les événements marquants de cet opus (et OMG il y en a) mais surtout, on a vraiment une sensation d’immersion dans cet univers peuplé de centaines de personnes : on les rencontre et on compatit avec leurs histoires personnelles…

Depuis le premier tome, Howey manie le suspense avec brio et n’a vraiment pas lésiné sur la quantité d’action. Ce que j’apprécie vraiment dans ces livres, ce sont les descriptions hyper vivantes, intéressantes et qui nous immergent à fond dans le décor du Silo.

Après avoir enchaîné les 3 livres, je peux vous dire que je me sentais vraiment comme chez moi entre les étages du Silo : j’entendais résonner le bruit des bottes dans l’escalier central, j’étais imprégnée du fonctionnement, du vocabulaire et des mœurs du Silo, comme si j’y avais passé mes vacances.

Enfin… quand je dis vacancesgiphy (12).gif

Une des grandes réussites de cette trilogie de SF, ce sont les personnages féminins. Véritables héroïnes, elles sont touchantes et réalistes, avec leurs forces et leurs faiblesses, elles deviennent des amies proches. Hugh Howey semble avoir un petit faible pour les femmes à fort caractère, ayant des hobbies attribués d’habitude au genre masculin : pilotes de l’Air Force, mécaniciennes, ouvrières, Maires, exploratrices, combattantes, meneuses, sans oublier sœurs, mères et amantes.

SILO juliette
Dessin de Hellstern sur DeviantArt, que je trouve absolument parfait pour Juliette, l’héroïne de Silo

J’ai beaucoup aimé le fait que les enfants soient aussi intéressants dans ce 3 ème tome, et j’ai retrouvé une petite Lyra Bellaqua en la personne de Elise.

Les personnages auxquels je me suis attachée ont assuré jusqu’au bout ! Troy… Thurman… Charlotte… Jim aka Solo… Juliette… Ils vont tous me manquer. La plupart ont eu la fin qu’ils méritaient, mais je garde quand même certains regrets 😦

Le point Audio-book :

Je ne vous conseille pas vraiment cette lecture en « audiolivre », surtout si vous faites autre chose pendant que vous écoutez le livre, et êtes donc un peu déconcentré : l’alternance des points de vue, les subtilités et les enchaînements rapides et parfois elliptiques des actions font que ce n’est pas toujours facile à suivre.

En plus, je trouvé que certains passages de l’audio-livre étaient lus comme s’ils étaient aussi important que le reste alors que quand on le lit soi même on ne le voit pas de la même façon …enfin, on reviendra là dessus  à propos des audio-livres 😉

Mention spéciale : le rôle des livres dans l’oeuvre de Hugh Howey

Les livres et la connaissance ont une place spéciale dans cet univers post-apocalyptique sous-terrain.

Dans Silo, le papier est une ressource rare et extrêmement précieuse, pour commencer. On recycle tout le papier, on ne gâche aucun morceaux : on écrit recto-verso, on ré-utilise les enveloppes, le prix d’un message est proportionnel au nombre de caractères imprimés… A la vue d’un gros volume les personnages disent : « il y en a pour X mois de salaires en papier ! » … (vous imaginez leur tête face à ma PAL ?)

Dans Silo, les livres sont souvent sacrés ou ont une grande place dans l’intrigue. Certains, comme l’Héritage ou encore le Pacte, qui régit le fonctionnement du Silo (qui doit être envoyé au nettoyage ou comment procéder pour être autorisé à avoir un enfant) sont de véritables personnages de l’histoire. Le « Livre d’images » d‘Elise joue aussi un grand rôle : du haut de ses 7 ans, Elise en sait beaucoup plus que la plupart des adultes de son monde.

*

Pour finir, quelques citations marquantes:

« C’était comme ça que ça marchait. On vivait, on faisait de son mieux, on n’embêtait personne, on laissait ceux qui venaient après choisir. On les laissait prendre les décisions qui les concernaient, vivre leur propre vie. C’était comme ça. »

« C’était quoi, un groupe, à part plusieurs gens ensemble ? Et c’était quoi, les gens, à part des animaux aussi craintifs que les rats à l’approche des bottes ? »

« L’idée de sauver quoi que ce soit était pure folie, en particulier une vie. Aucune vie n’avait véritablement été sauvée, à aucun moment dans l’histoire de l’humanité. Les vies étaient, tout au plus, prolongées. Tout avait une fin. »

Comme vous vous en doutez… je donne un 5/5 à cette trilogie et à ce tome 3 !

note5

Je recommande, je like, je partage, je kiffe ces bouquins… ils ont déjà été prêtés dans mon entourage et je compte encore contaminer un MAX de personnes…

Bisoux sauce soja mes sushi lecteurs

 

 

 


2 réflexions sur “Fin de la trilogie culte Silo de Hugh Howey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s